Nous vivons sur la planète bleue. L’eau joue un rôle déterminant dans la vie des hommes, des animaux et des plantes. Mais seulement la plus petite partie, 0,3% des réserves globales en eau, sont utilisables comme eau potable. Et c’est juste cette petite partie qui est en danger. Les scientifiques attirent notre attention sur l’augmentation inquiétante de la pollution des réserves d’eau potable. Une réorientation radicale concernant notre environnement est donc nécessaire de toute urgence.

L’eau potable propre et non polluée devient de plus en plus rare. La pollution chimique par des eaux usées de l’industrie et de l’agriculture, les eaux d’égout des ménages chargées de détergents et de lessive ainsi que l’infiltration de substances toxiques ont déjà atteint la nappe phréatique. Les distributeurs d’eau sont par conséquent confrontés à des gros problèmes concernant le respect des limites de pollution admissibles.

Les risques pour la santé provenant de la pollution d’eau ne sont pas encore assez étudiés. On connaît juste les effets de certaines substances nocives telles que le nitrate, les herbicides, les « pseudo-hormones », du plomb, du cuivre, des phosphates, du chlore etc.. Ils sont soupçonnés de provoquer des cancers, des mutations, la stérilité, des troubles du système nerveux et du cerveau, des dommages à l’ossature, des difficultés aux facultés intellectuelles et même, dans le cas du nitrate, la mort des nourrissons.
Mais même dans le cas ou les valeurs limites sont respectées, on ne connaît pas l’effet cumulatif de ces substances nocives et on ne sait pas quelles combinaisons chimiques ils peuvent former dans le corps.

Des scientifiques nous avertissent du danger de nouvelles bactéries pathogènes, qui sont devenues résistantes à cause de l’utilisation accrue des antibiotiques par la médecine et l’élevage. On constate aussi avec inquiétude des résistances contre les produits, utilisés pour le traitement des eaux (chlore, ozone et rayons UV).
Louis Pasteur disait déjà : « Nous buvons 90 % de nos maladies ».

Protégez vous-mêmes contre les dangers de pollution

Presque tous les repas sont préparés ou cuits avec de l’eau, les légumes et les fruits sont lavés, le café et le thé aussi sont préparés avec de l’eau. L’ «eau potable» est souvent consommée après l’avoir bouilli, mais ceci n’élimine pas la plupart des substances nocives. Elles atteignent notre organisme directement par la nourriture. Un adulte consomme jusqu’à l’age de 60 an en moyenne environ 55.000 litres d’eau. Une telle quantité justifie l’exigence que cet eau soit saine et pure.

Tout le monde sait que seulement une attitude écologique à long terme envers la nature pourrait éviter une situation dramatique. Pour se protéger dès maintenant il est donc de plus en plus nécessaire de s’occuper soi-même de la préparation de son eau potable.


PROaqua 4200


Le système de filtration innovateur du PROaqua 4200 vous garantie une protection fiable des pollutions permanentes et soudaines de l’eau du robinet. Le nitrate, le nitrite, les pesticides, les hydrocarbures, les halogènes, les métaux lourds, les particules radioactives, les bactéries et beaucoup d’autres sont retenus et ne sont plus décelables dans l’eau filtrée. L’eau qui sort du filtre PROaqua 4200 est si pure qu’elle est parfaitement utilisable pour la préparation de la nourriture pour des bébés.

Pendant toute la période de développement, le filtre à eau PROaqua 4200 était testé et mis à l’épreuve par les laboratoires de la LGA (comparable à l’inspection du travail), spécialisé sur des analyses environnementales et de produits alimentaires. Cette institution existe depuis 1869. Elle est contrôlée par le Ministère Bavarois de l’Economie et est membre des Centres Allemands de Contrôle des Matériaux. Nous avons volontairement choisi ce laboratoire en raison de sa réputation, sa neutralité et son orientation vers les nouvelles réglementations européennes.

Les laboratoires de la LGA certifient que le filtre PROaqua 4200 a une capacité excellente de retenue des substances nocives mentionnées ci-dessus, dépassant la limite de leur décèlement. Des épreuves à longe durée avec le filtre bactériologique ont démontré que ni des bactéries ni des microorganismes ont pu parvenir dans l’eau filtrée.
Toutes nos constatations sur les qualités du filtre PROaqua sont basées sur des résultats d’analyses, effectuées par les laboratoires de la LGA.

Le filtra à eau PROaqua 4200 de PROVITEC

La consommation quotidienne moyenne en eau est en Europe d’environ 140 litres par jour et par habitant. De cette quantité seulement environ 3 litres sont utilisés comme boisson ou pour préparer les repas. Tout le reste est utilisé pour l’hygiène du corps, les toilettes et les besoins du ménage. Pour cette raison et pour des raisons économiques et écologiques, les experts mettent de plus en plus en cause la nécessité d’alimenter les ménage en eau d’une qualité 100% potable.

Le filtre PROaqua 4200, installé en général sous l’évier, fournit par un robinet séparé environ 2 litres/minute d’eau pure et saine. Cette quantité est largement suffisante même pour une famille nombreuse.

Le filtre PROaqua 4200 est équipé de différentes cartouches filtrantes qui sont combinées suivant la nature et le degré de la pollution de l’eau. Il est ainsi possible d’adapter l’efficacité du filtre individuellement à chaque situation de pollution.

La construction du filtre garantit un courant parfait de l’eau à travers les éléments filtrant tels que le charbon actif, l’échangeur d’ions, les granulés de Redoxol etc.. Des « courants préférentiels » sont évités ce qui assure la qualité et l’efficacité excellente du filtre.